Toute vérité est-elle bonne à dire ?

Toute vérité est-elle bonne à dire ?

10/12/2013 1 Par Marj

C’est là toute l’intrigue de ce film philosophique.

Le pitch by Premiere :

Ambitieuse productrice de talk-show, Abby Richter se targue de pouvoir trouver instantanément une solution à n’importe quel problème. Le seul qu’elle n’a pas réussi à résoudre, c’est son célibat. Lorsque le taux d’audience de son émission faiblit, Abby est obligée d’engager un nouvel animateur soi-disant expert en relations humaines, Mike Chadway. Dans l’émission, celui-ci traite de ce qui plaît vraiment aux hommes. Le choc est rude entre la jeune femme et ce provocateur odieux et macho. Le pire, c’est qu’il fait grimper l’audience et devient incontournable… C’est alors qu’Abby rencontre Colin, son voisin, un chirurgien célibataire qui est tout l’opposé de Mike Chadway. Cette fois, Abby veut mettre toutes les chances de son côté. A contrecoeur, elle fait appel à Mike… Alors que Mike conseille Abby à coups de théories provocantes qu’elle finit par suivre, tous deux découvrent une autre vérité: aussi différents puissent-ils être, hommes et femmes ont en commun certains sentiments…

The Ugly Truth ou comment passer une séance de ciné à se poiler toutes les 5 minutes. Ce n’est pas LE film de l’année, les acteurs ne seront sûrement pas nominés aux Oscars mais j’adore ce genre de comédies romantiques où une jolie et fraîche jeune dame en fleurs (Catherine Heigel que je surkiffe plus que tout) se prend la tête avec un homme viril et porté sur la chose (Gérard Butlerl’incarnation du fantasme féminin par excellence) avant de tomber sous le charme du verbe assassin et de la répartie de ce charmant bûcheron (excusez-moi mais dès qu’un mec représente ma vision de la virilité mâle, je le qualifie en terme de bûcheron).

Une autre vertu de la version VOST de ce film : apprendre en une heure tous les gros mots et insultes de la Terre en anglais, et accessoirement les pratiques sexuelles en tout genre. Maintenant je sais dire « suce-moi », « j’aime ton cul », « prend ton pied », « ta gueule connard »,etc…  Je sens que ça va bien me servir ces prochains mois, hahaha.

En bref, The Ugly Truth est dans la lignée des autres films de notre chère Izzie, un peu mélo, un peu soap mais toujours aussi rafraîchissant pour les naïves de la vie que nous voulons rester. Et puis, moi un mec comme ça en face d’un Ken insipide, je prends.

Je préfère un mec qui crache et qui jure mais qui est une masse de testostérone plutôt qu’un minet übersexuel. Et ça, Catherine l’a bien compris !