Jane Eyre…

Jane Eyre…

15/04/2015 0 Par Marj

Jane Eyre est une petite fille élevée par sa tante, Mrs Reed, qui a fait la promesse à son défunt mari de prendre soin de la nièce de celui-ci, orpheline. Mais elle la déteste : elle la traite injustement par rapport à ses autres enfants. Jusqu’au jour où Jane se rebelle et est envoyée dans un pensionnat, à Lowood. Elle y vivra, les pires horreurs dans un premier temps puis dans de meilleures conditions jusqu’à ses dix-huit ans. C’est alors qu’elle trouvera une place de gouvernante chez un riche propriétaire. Tout se passe bien jusqu’à l’arrivée de celui-ci, Mr Rochester, homme bourru, étrange, viril, aux manières rudes mais à la personnalité indiscutablement séduisante. S’établit entre eux une amitié faite d’échanges à bâtons rompus et de sincérité. Amitié qui se transformera bien vite en un amour passionné et violent. Mais c’est compter sans ces événements qu’on refuse d’expliquer à Jane, cette sensation qu’il y a quelque chose qu’elle ignore, que cette immense demeure renferme d’étranges secrets…

Je me suis littéralement laissée emporter par ce roman qui mêle à la fois fantastique et romance. Charlotte Brontëpossède un talent indéniable pour ce qui est de raconter une histoire et de décrire des sentiments. Le raffinement de sa plume, la musicalité des phrases, la passion qui animent les personnages, la poésie qui transpire chaque ligne font de Jane Eyre un chef d’oeuvre, doublé d’une histoire d’amour éblouissante. Ce qu’on lit, on le ressent. Chaque détail a son importance : du tombé d’une feuille morte au rayon du soleil venant transpercer à coups d’épées la rosée du matin.

Je savais à peine ce qu’était une pension. Bessie m’en avait parlé comme d’une maison où les jeunes filles étaient assises sur des bancs de bois, devant une grande table, et où l’on exigeait d’elles de la douceur et de l’exactitude. Si les détails que m’avait donnés Bessie, détails qui lui avaient été fournis par les jeunes filles d’une maison où elle avait servi avant de venir à Gateshead, étaient un peu effrayants, d’un autre côté, je trouvais bien de l’attrait dans les talents acquis par ces mêmes jeunes filles. Bessie me vantait les beaux paysages, les jolies fleurs exécutés par elles ; puis elles savaient chanter des romances, jouer des pièces, traduire des livres français. D’ailleurs, la pension amènerait un complet changement de vie, remplirait une longue journée, m’éloignerait des habitants du château, serait enfin le commencement d’une nouvelle existence.

« Jane Eyre » de Charlotte Brontë – Ed. Bibliothèque du collectionneur – 14,20 euros.
Prochaine lecture : « Seul le silence » de R.J. Elroy.