Cabines de bronzage : quels sont les dangers pour la peau ?

Cabines de bronzage : quels sont les dangers pour la peau ?

02/06/2018 0 Par Marj

L’été arrive et l’envie d’arborer une peau hâlée sous ses robes est tentante. Mais comment faire quand le soleil s’amuse derrière les nuages ? Une solution : les cabines UV. Mais connaissez-vous les risques auxquels vous vous exposez ?

Les cabines de bronzage / UV c’est quoi ?

Disponibles en centre de bronzage dédié, en institut d’esthétique ou encore dans les SPA, les cabines UV, sous forme de « lits solaire », permettent d’afficher une mine bronzée quelque soit la période de l’année. Cependant, ces dernières sont vraiment mauvaises pour la peau.

Les cabines UV étant interdites d’UVB (UV responsables des coups de soleil), c’est alors une quantité importante d’UVA que reçoit notre peau : l’équivalent d’un ensoleillement tropical, mais en cabine. Afin de se défendre de ces UVA, la mélanine réagit, provoquant le bronzage.

80% des appareils mis à disposition en France émettent des rayons pouvant aller jusqu’à un indice UV 12 (qualifié d’« extrême » par l’OMS) et qui correspond à une exposition sous le soleil des Caraïbes. Sauf que… dans cette situation vous vous seriez probablement protégée (parasol, crème solaire, chapeau…), dans une cabine, ce n’est pas le cas. Votre peau est alors en danger.

Pas de coup de soleil, mais bien plus grave.

Bien que dépourvues d’UVB, les UV envoyés en cabine peuvent tout de même provoquer une sensation de chaleur, non ressentie durant la séance, les cabines étant rafraîchies et ventilées. Il est donc possible, après la séance, de se retrouver avec une peau rouge et chaude.

Beaucoup plus grave encore, une étude américaine a démontré que les individus s’exposant aux lampes solaires multiplient par 1,5 le risque de développer un cancer spinocellulaire (cancer cutané grave) et par 2,5 celui de progresser vers un cancer basocellulaire (le plus courant des cancers cutanés). En Europe, une étude a mis en évidence le lien entre l’utilisation de ces cabines UV et apparition de mélanomes, forme de cancers cutanés la plus mortelle.

Selon l’Institut de veille sanitaire, le risque de développer un mélanome avant 60 ans augmente de 75% lorsqu’il y a eu exposition aux UV en cabines avant 35 ans.

Une peau qui vieillit plus vite

Il a aussi été démontré que les UV délivrés par ses « lits-solarium » diffusent des radicaux libres capables de modifier nos cellules, pouvant même aller jusqu’à atteindre leur chaîne de fabrication (l’ADN). Cependant, ces cellules sont chargées de la production de mélanine, de collagène ou encore d’élastine. Le résultat : des rides plus creusées et en plus grande quantité, une peau moins rebondie et moins éclatante, qui subit un vieillissement prématuré. Aussi, tout comme le soleil, les rayons des UV en cabines peuvent provoquer des tâches pigmentaires sur le corps, qu’il est ensuite difficile de faire disparaître…

La mauvaise idée : l’accumulation soleil et UV

Pour se protéger du soleil, la peau produit de la mélanine et devient plus épaisse. Ce n’est pas le cas lors de séances d’UV, cette dernière ne s’épaississant pas, on bronze donc plus vite certes, mais celle-ci est beaucoup plus vulnérable. C’est pourquoi il est nécessaire de savoir qu’une séance UV ne protège pas d’une exposition au soleil ultérieure, il est toujours nécessaire de se protéger avec une protection solaire. À l’inverse, une exposition au soleil va se cumuler à l’exposition en cabine, multipliant les conséquences négatives.

Les effets sur le système immunitaire

Plusieurs études ont montré qu’une exposition à de forts rayons réduirait l’efficacité de nos défenses immunitaires. Ainsi, l’exposition solaire pourrait accroître le risque d’infection virale, bactérienne ou encore parasitaire de part notamment sa capacité à amoindrir l’efficacité des vaccins. Interdites au Brésil ou encore en Australie, les cabines UV sont le thème de prédilection du Syndicat national des dermatologues qui se battent chaque jour pour la suppression de ses cabines en France.

Article écrit par Clara