Anti-moustiques : quand y’en a plus, y’en a encore !

Anti-moustiques : quand y’en a plus, y’en a encore !

10/07/2012 1 Par Marj

Le week end dernier, nous étions en Camargue, oui Madame. J’étais à Arles pour le boulot vendredi, alors les enfants et leur papa m’ont rejointe et nous nous sommes baladés du côté des Saintes-Marie-de-la-mer. J’ai beaucoup aimé la région, les enfants aussi, et c’était un super week end. Ceci dit, n’en déplaise aux autochtones, le cliché Camargue = moustique a la vie dure, et c’est une spécialiste qui vous en parle. Les moustiques m’aiment, je n’y peux rien. Je dois avoir le sang sucré, c’est peut-être lié à ma consommation forcenée de Dragibus sur une longue période, de la petite enfance à maintenant, environ.

En tout cas, s’il y a un moustique, même souffreteux et raplapla, même en plein hiver breton, dans un rayon de 10 km, je suis sûre à 100% de me retrouver avec un (ou 10) bubon(s) gros comme un(des) œuf(s), parce que non seulement je les attire tous, mais en plus, je fais des réactions allergiques… Bref, voilà quoi. Où en étais-je ? Ah oui, donc moi, la reine des piqûres de moustiques, je décide tranquillement d’aller passer un week end en Camargue. Ah oui, tiens la Camargue, le territoire sacré de mon pire ennemi, si j’y allais là, passer le week end, histoire de rigoler ? Chiche.
Donc j’y vais, bardée de 5 sur 5 en pchit.

Mais sur place, tout va bien, aucune piqûre, même une demi-heure après être arrivée dans la chambre d’hôtes, il fait beau, on part se balader l’esprit léger et… piiiiiiiiiiiic ! La première piqûre sur mon épaule droite, mon mari la prend à la rigolade, genre « Ah mais oui, c’est vrai, je me disais qu’il manquait quelque chose… ». La deuxième piqûre sur le mollet de mon fils, mon mari la prend à la leçon de choses, il lui explique que les moustiques sont très utiles, et aussi que ce n’est pas grave, qu’il faut être courageux, ne pas gratter et que ça va passer. Mais quand la troisième piqûre a lieu sur la joue de mon mari, juste sous l’œil, là, mon mari panique. C’est à cet instant que nous réalisons que nous avons laissé tous les pchits de Cinq sur Cinq à la chambre d’hôtes.
Ah ah.

Saisie d’un espoir fou, je farfouille frénétiquement dans mon sac, et je tombe, oh merveille !, sur un petit paquet de lingettes anti-moustiques (oui, ça existe !) que j’avais fourré là et oublié il y a un mois. Là, je vois une lueur d’admiration franche dans le regard de mon mari. Je sens qu’il va la mettre en veilleuse sur toutes les blagues se rapportant à mes piqûres de moustiques, je sens que le week end va être bon.
Tout ça pour vous dire que ces lingettes anti-moustiques, vous devriez peut-être les acheter, au cas où.

Lingettes anti-moustiques Assanis en paquets mini, en pharmacie